ANTALIS : silence radio sur le projet de nouvelle structure actionnariale

Le 6 février 2019, Antalis annonçait "mandater une banque d’affaires pour mettre en place dans les prochains mois, dans l’intérêt social de la société, une nouvelle structure actionnariale qui lui permettra d’assurer son développement et la mise en œuvre de son plan stratégique."...

Tags: 

Questions Réponses d'ANTALIS : P.Lebard + 30 salariés de la holding Sequana repris par ANTALIS.

La société a reçu des questions écrites d’un actionnaire qui a ainsi fait usage de la faculté qui lui est offerte par l’article L. 225-108 du code de commerce. Il s’agit de la lettre en date du 22 mai 2019 de l’association des actionnaires minoritaires de sociétés cotées (ASAMIS), adressée à M. Pascal Lebard en sa qualité de Président du conseil d’administration, reçue par courrier électronique le 22 mai 2019 ...

Tags: 

La désespérance d'un ex-salarié de Sequana met en lumière les responsabilités

La désespérance d'un ex-salarié de Sequana met en lumière les responsabilités. Mardi 23 avril, la gendarmerie de la Charte-sur-Loir a constaté le suicide d'un ex-salarié d'Arjowiggins. Ce père de famille, agé de 53 ans, faisait partie des 568 salariés de l’usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye qui viennent de se voir notifier leur licenciement. Il travaillait depuis plus de 25 ans dans le secteur "finition". Nous présentons nos condoléances à sa famille dans ces circonstances particulièrement douloureuses...

Les actionnaires d’ANTALIS seront-ils floués au profit de la raison d’Etat ?

Les actionnaires d’ANTALIS seront-ils floués au profit de la raison d’Etat, avec la duplicité des dirigeants du Groupe ? Un projet de conversion des dettes en actions, accompagné d’un abandon de créances, avec à la clé une forte dilution des actionnaires se prépare-t-il ?

Tags: 

Grand Débat National : demande d'intervention de l'Etat pour limiter les rémunérations et plans de départ des dirigeants de sociétés en difficulté

Lorsque l'Etat soutient les entreprises en difficulté, il devrait imposer en contrepartie aux dirigeants un plafonnement de leurs rémunérations. Pourquoi Pascal Lebard doit-il gagner plus que le Premier ministre alors qu'il a contribué à la ruine des sociétés qu'il dirige ? Pourquoi un plan de départ de plusieurs millions d'euros ? L'état et la Justice en France sont trop conciliants envers les dirigeants qui ruinent les actionnaires et les salariés de leurs entreprises...

Tags: 

Pages

S'abonner à ASAMIS RSS